Les Éditions Tsofim

Menahem Macina

Il n’est pas courant de consacrer un livre – si modestes qu’en soient les dimensions – à la présentation d’une maison d’éditions. C’est que son propos ne se laisse pas appréhender à la simple lecture de son titre ou de sa quatrième page de couverture. De ce constat est née cette brochure qui expose succinctement, sans provocation ni ambiguïté, l'esprit et les buts de notre entreprise qui rompt résolument avec les idées reçues et les normes éditoriales en vigueur depuis tant de siècles, qu'elles paraissaient intangibles et irremplaçables.

book-cover

Description du livre

Quoi de plus banal et de convenu qu’une maison d’édition – même si elle se consacre exclusivement à la diffusion de la pensée religieuse juive et chrétienne. Valait-il la peine d’y consacrer un livre? Les créateurs des Éditions Tsofim ont estimé que oui, et voici pourquoi.

Tout d’abord le nom même de Tsofim symbolise son esprit. C’est la forme plurielle du mot hébreu tsofeh, qui signifie “guetteur”, ou “sentinelle”.  Ce thème est récurrent dans les Écritures, particulièrement dans le livre d’Ézéchiel. La sécurité du peuple dépend des guetteurs. L’ingrate – et parfois dangereuse – charge  qui leur incombe d’avertir les fidèles leur fait obligation de témoigner. Ils ne peuvent se taire quand Dieu parle et il doivent, coûte que coûte, délivrer le message dont ils sont porteurs. A ce titre, les Éditions Tsofim se font un devoir d’accueillir des textes d’auteurs qui ont du mal à trouver éditeur, non parce qu’ils écrivent n’importe quoi, n’importe comment, mais parce qu’ils dérangent, voire scandalisent en exprimant des conceptions qui ne sont pas au goût du jour, ou ne correspondent pas aux orientations considérées comme normatives par les décideurs en matière d’édition religieuse chrétienne et juive.

La seule obligation contractuelle des auteurs est de se conformer à la politique d’accès libre à l’information écrite et audiovisuelle, telle que prônée par des auteurs tels Hugh McGuire, qui n’hésitait  pas à prédire en 2012: «La distinction entre le livre et l’Internet est totalement arbitraire et va disparaître d’ici cinq ans». Dans cet esprit, nos auteurs devront accepter qu’en plus de la publication sous forme traditionnelle (papier), pdf et epub (livres électroniques), leurs oeuvres éditées par nos soins soient également mises en ligne dans une version Web intégrale, librement et gratuitement consultable par tout navigateur sur un blog dédié à chacun de leurs livres.